Le projet Kafarnaüm

Environ 5%[1] de la population en Europe et aux Etats-Unis souffrirait du trouble d’accumulation compulsive. Or, il est encore trop souvent méconnu, laissant les personnes atteintes et leurs proches démunis face à cette situation[2]. Dans ce contexte, Kafarnaüm poursuit trois objectifs principaux :

  • Sensibilisation au TAC ;
  • Mise en relation de personnes souffrant d’accumulation compulsive et mise en relation des proches afin de leur permettre d’échanger sur le TAC ;
  • Dans les cas extrêmes de mise en œuvre d’une procédure coercitive d’évacuation du logement par les pouvoirs publics, accompagnement de la personne souffrant du TAC et de son entourage.

 

A l’origine de Kafarnaüm

J’ai toujours su que ma mère n’était pas simplement « bordélique » mais ce n’est qu’à 25 ans que j’ai découvert l’existence du trouble d’accumulation compulsive. Cinq ans plus tard, je lance Kafarnaüm afin de contribuer à améliorer la reconnaissance et la prise en charge du TAC.

Cécile

 


[1] Alberto PERTUSA, 2010

[2] L’ouvrage de Kieron O’CONNOR, Marie-Eve SAINT PIERRE DELORME et Natalia KOSZEGI est le seul en langue française.