Le trouble d’accumulation compulsive

Qu’est-ce que le trouble d’accumulation compulsive ? 

L’accumulation compulsive, syllogomanie (du grec « rassemblement ») ou encore « hoarding » en anglais est un trouble qui consiste en l’accumulation excessive d’objets entrainant l’encombrement de l’habitation au point d’affecter le quotidien.

Le Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM-V) caractérise ainsi le TAC :

  • Difficulté persistante à se départir d’objets, indépendamment de leur valeur réelle ;
  • Souffrance associée au fait de s’en débarrasser ;
  • Accumulation d’objets qui encombrent les espaces de vie ;
  • Altération du fonctionnement social, professionnel…

 

Qu’est- ce qui est accumulé et comment ?

Tout peut être l’objet d’accumulation. Certaines personnes accumulent exclusivement des biens de même nature, d’autres accumulent des biens de nature différente. Il arrive que certaines personnes accumulent des plantes ou des animaux.

Différentes façons d’accumuler peuvent être constatées. Les accumulateurs peuvent souffrir d’achat compulsif, notamment porté sur les biens d’occasion (brocantes, dépôt-vente) ou en promotion. Ils peuvent également récupérer des objets dans les poubelles ou encore collecter des biens « gratuits », tels que des prospectus distribués dans la rue. L’une des caractéristiques de ce trouble réside dans le fait que souvent les objets amassés ne sont jamais déballés (pour les achats neufs) ni donc utilisés.

Les objets accumulés forment souvent des piles désorganisées, disposées de façon aléatoire. Ils sont rarement rangés dans les espaces initialement prévus à cet effet. Il est possible que les accumulateurs se dotent d’espaces de rangement (meubles, boites, etc.) sans toutefois parvenir à les utiliser à cette fin.

 

Quels sont les motifs invoqués pour accumuler ?

Le comportement d’accumulation est suscité par la représentation que la personne se fait de l’objet, et non pas par sa valeur objective. Un tabouret cassé est un objet réparable ; une boite de conserve vide est un contenant réutilisable ; des magazines datés de plusieurs années (voire dizaines d’années) sont une source d’information potentielle.

 

Les accumulateurs expliquent garder des objets pour des raisons diverses :

  • Les donner à des tiers (famille, amis, associations…) ;
  • Les réparer ;
  • Les recycler ;
  • Les protéger, lorsqu’il s’agit d’animaux (de la rue, d’un maitre négligent, de la SPA) ou de plantes (préservation de l’environnement) ;
  • Leur trouver un nouvel usage.
  • L’objectif invoqué par les personnes atteintes du TAC n’est dans les faits presque jamais atteint.

 

La plupart des accumulateurs jugent leur état comme temporaire. Ils rapportent ne pas avoir le temps de ranger mais comptent le faire « un jour ».

 

Quelles sont les différences entre le TAC et le syndrome de Diogène ?

Le syndrome de Diogène caractérise un trouble du comportement de la personne âgée conduisant à des conditions de vie négligées, voire insalubres. Il se distingue du TAC sur plusieurs points.

 

Accumulation compulsive Syndrome de Diogène
L’hygiène corporelle est tout à fait classique et l’hygiène domestique l’est dans la mesure où l’encombrement le permet ; Négligence de l’hygiène corporelle et domestique ;
Sentiment de honte très présent. L’accumulateur peut vivre un déni partiel de sa situation mais reconnait, à certains moments, le caractère excessif de sa situation ; Déni de son état, associé en conséquence à une absence de gêne face aux tiers ;
Isolement induit par l’état de l’habitation mais volonté d’interagir hors du lieu d’habitation ; Isolement social très fort ;