Les conséquences du TAC

Quelles sont les conséquences de l’accumulation ?  

L’espace est tellement encombré que son utilisation est rendue pénible. Des gestes quotidiens peuvent ainsi devenir particulièrement chronophages. A titre d’exemple, le four peut servir de lieu d’accumulation, il faudra donc le vider avant de pouvoir l’utiliser pour y faire cuire des aliments.

 

Le logement étant un lieu de convivialité, le TAC impacte la vie sociale de l’individu qui en souffre. Honteux de l’aspect de son logement, il préfère souvent rencontrer ses proches à l’extérieur. Outre l’impact social très fort, cette mise à distance complique le diagnostic, peu de personnes ayant accès au domicile de la personne concernée.

 

En outre, certains accumulateurs ne réalisent pas de travaux car cela impliquerait de laisser entrer chez eux des tiers, notamment des artisans. L’état de l’habitat peut ainsi être très détérioré.

 

Le logement est le principal lieu d’encombrement mais il n’est pas le seul. Tous les espaces dont dispose l’accumulateur peuvent être envahis : jardin, garage, cave, mais aussi voiture ou bureau …

 

Dans les cas les plus graves, l’accumulation peut placer les individus face à des risques d’incendie, de chutes (notamment pour les personnes âgées) et à des conditions sanitaires précaires.